Vous hésitez à suivre un régime cétogène. Car vous craignez les effets de la grippe cétogène. Et si on vous disait comment soulager ces symptômes déplaisants…

Nausée, fatigue, crampes, constipation, maux de tête ou encore insomnie sont les conséquences de la grippe cétogène (également connu sous les noms de céto-grippe, keto flu).

Indésirables et fort heureusement transitoires, elles sont liées à cette phase d’adaptation où le corps passe d’une énergie toxique (les sucres) à une énergie saine (les graisses).

Face à cette étape, un choix s’offre à vous : subir ou agir. Vous pouvez très bien laisser votre corps décider pour vous, en espérant que cette grippe cétogène sera la plus courte possible ! Ou bien vous pouvez décider de garder la main et d’agir.

Si vous avez pris la décision d’agir, pas question de souffrir. Il n’y a aucun bénéfice à s’imposer ce type de désagréments. Voilà pourquoi nous vous confions les clés pour réussir cette transition tout en douceur.

La grippe cétogène, c’est quoi ?

Avant de voir comment contrer ces effets néfastes, il est utile de comprendre ce qu’est la grippe cétogène.

Contrairement à son nom, la céto-grippe n’est pas une maladie. Loin d’avoir attrapé un virus, vous êtes juste en train de vous adapter à une alimentation saine. Vous misez en effet désormais sur les graisses au détriment des sucres.

D’une manière concrète, votre assiette opère une révolution nutritionnelle qui n’est pas du goût de votre cerveau. Il ne va plus carburer aux pâtes, à la baguette, aux céréales du matin, aux pommes de terre et autres pâtisseries. Mais il doit en revanche apprendre à brûler les graisses.

Face à ce changement, il panique, se met à râler, à grogner. Il envoie des messages à votre organisme pour réclamer son carburant, mais ce dernier lui répond que la jauge des sucres est vide.

C’est ainsi qu’apparaissent des symptômes tels que migraine, fatigue, crampes musculaires et difficultés de concentration.

Cette période de dialogue cerveau-organisme (baptisé « phase d’adaptation cétogène ») plutôt déplaisante peut durer 3 jours, voire un mois pour certaines personnes. Tout dépend du niveau d’intoxication aux sucres, du métabolisme, de l’état de santé ou encore de la condition physique.

Les 2 causes principales de la céto-grippe

1. Sevrage du sucre

Trop de sucreries, trop de féculents et c’est votre métabolisme qui trinque sous l’action de l’insuline. Tout est dû à cette hormone sécrétée par le pancréas. C’est elle qui régule le glucose dans le sang en l’envoyant vers les cellules qui vont l’utiliser comme carburant.

Le problème vient de la surconsommation de glucides. En cas d’excès, l’insuline va les stocker sous forme de graisses. Résultat, nous grossissons, nous prenons de la bedaine, nous augmentons les risques de maladies cardio-vasculaires.

Pour contrer ce mécanisme, il suffit de baisser la consommation de glucides. C’est ainsi que l’alimentation cétogène privilégie des aliments qui ont un faible impact sur notre taux d’insuline.

Mais on ne va vous mentir : éliminer les sucres n’est pas facile. Il s’agit là d’un véritable sevrage à mener. C’est le prix à payer pour vous sortir de ce cycle infernal où le sucre appelle le sucre.

2. Perte de minéraux

Le régime cétogène est diurétique. Vous éliminez non seulement beaucoup d’eau, mais également une certaine quantité de minéraux (sodium, potassium, magnésium, calcium).

Cela s’explique par le faible taux d’insuline. Cette hormone clé dans la régulation du glucose dans le sang contrôle aussi l’équilibre des sels minéraux dans l’organisme. Or, quand son niveau est bas, les reins libèrent en quantité fluides et minéraux.

Des alliés contre la céto-grippe

Heureusement, il existe une solution pour que cette phase d’adaptation se déroule tout en douceur. Il suffit de vous entourer d’alliés.

1. Eau

Premier de ces alliés, l’eau. Un must absolu. Car un corps bien hydraté est un corps qui fonctionne bien.

Lors d’un régime cétogène, il est essentiel de boire encore plus d’eau pour compenser ses pertes et ne pas vous déshydrater. Comptez au moins 2 litres d’eau minérale (Badoit, Contrex, Hépar…) ou filtrée.

Vous éviterez ainsi constipation, migraine, problèmes de concentration, jambes lourdes et crampes musculaires.

Autres atouts, l’eau draine les déchets, élimine les toxines et sert de coupe-faim. De quoi augmenter la perte des kilos en trop.

Enfin, boire vous aidera dans le sevrage du sucre. Une envie de douceurs ? Avalez un grand verre d’eau, une tisane, un café… Notez que de nombreuses fringales peuvent être dues à la déshydratation.

Je craque pour :

Les eaux parfumées faites maison et sans sucre. À titre d’exemple, mettez dans une carafe 1 litre d’eau, 1 citron bio coupé en quartier et une poignée de feuilles de menthe. Rafraîchissant et effet détox garanti.

2. Sodium

Lorsque vous changez votre régime alimentaire, notamment en éliminant la nourriture industrielle, votre corps perd du sodium. Les effets liés à cette perte sont maux de tête, constipation, fatigue et palpitations cardiaques.

Il faut reconstituer cette perte en ajoutant du sel de qualité (sel rose de l’Himalaya, sel de mer, sel gris) à vos plats ou en consommant notamment des bouillons (de légumes ou de viande), des anchois marinés, des cornichons, du miso (pâte fermentée à base de soja) et des algues.

En revanche, oubliez le sel de table raffiné, blanchi avec des produits chimiques et riche en additifs (notamment antiagglomérants).

Salez sans craindre de voir votre tension artérielle mise en danger. Pour une personne en régime cétogène, on conseille en moyenne 1 cuillerée à café de sel, soit 5 g par jour.

Je craque pour :

Le sel rose de l’Himalaya a tout du super aliment. Riche en oligo-éléments (fer, silicium, manganèse) et minéraux (calcium, potassium, magnésium), ce détoxifiant régule le transit intestinal et rééquilibre le pH de l’organisme.

En cas de migraine ou de crampe, n’hésitez pas à boire un grand verre d’eau additionné d’une pincée de sel rose.

3. Potassium

En lien étroit avec le sodium, le potassium est essentiel pour maintenir l’équilibre acido-basique de l’organisme. Il participe au métabolisme des glucides, au bon fonctionnement des reins ainsi que des systèmes nerveux, musculaire et cardiaque.

Une perte de sodium entraîne celle du potassium. Résultat ? Fatigue, paresse intestinale, crampes, douleurs abdominales et palpitations cardiaques.

Une nouvelle fois, l’eau est votre meilleure alliée. Rééquilibrez également les pertes avec des aliments riches en potassium tels que les maquereaux, le céleri, le gingembre, les betteraves, les avocats, et les épinards. Sans oublier les légumineuses, les algues, les champignons, les poissons gras, le chocolat noir et les herbes aromatiques (persil, basilic, estragon, cumin…).

Je craque pour :

Une belle salade composée d’un gros avocat, de pousses d’épinard, de persil et de quelques amandes, accompagnée d’un saumon parsemé d’algues. Rassasiante, elle vous apportera les 3500 mg de potassium par jour recommandés par l’European Food Safety Authority (EFSA).

4. Magnésium

Ce minéral est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Il régule l’humeur, intervient dans le fonctionnement du cerveau, des systèmes immunitaires et nerveux.

Ce nutriment impacte également les muscles, améliore la digestion, protège le cœur et maintient l’équilibre entre sodium et potassium. Enfin, allié du calcium, il soutient son action sur les os et les dents.

Il n’est pas rare d’en manquer même quand on ne suit pas un régime cétogène. Les déficits en magnésium entraînent irritabilité, état dépressif, troubles du sommeil, fatigue, nausées, crampes et faiblesse musculaire.

Hydratez-vous et consommez des aliments cétogènes riches en magnésium : les fruits de mer, les sardines, les choux de Bruxelles, les légumes à feuilles vertes, les avocats, les oléagineux (amandes, noix, noisettes, pistaches), certains haricots et pois, le chocolat noir et la banane.

Je craque pour :

La maca, connue sous le nom de ginseng péruvien, affiche un taux élevé de minéraux, dont le magnésium. Vendue sous forme de poudre, ajoutez-la dans vos boissons végétales, vos plats salés. Cette petite racine vous donnera vitalité et concentration.

5. Calcium

Indispensable à notre bonne santé, ce minéral assure la solidité des dents et des os. Il participe au bon fonctionnement musculaire, du système sanguin et des reins. Il limite l’hypertension, régule le taux d’insuline et intervient dans la cicatrisation. Il favorise le sommeil et joue un rôle antidépresseur.

En raison de l’effet diurétique et de la perte de minéraux qui s’en suit, un manque de calcium peut apparaître momentanément. Ce qui peut engendrer crampes, troubles de l’humeur ou maux de tête.

Une nouvelle fois, boire de l’eau est plus que nécessaire. Optez pour les eaux minérales calciques (Hépar, Courmayeur, Contrex, Quézac, Salvetat), ainsi que les aliments cétogènes riches en calcium tels que le thym, le cumin, les sardines, les choux, le cresson, les graines de chia, les noix et l’avoine.

Je craque pour :

Les graines de chia, riches en antioxydants et en fibres et idéales pour réguler le transit. Rassasiantes, elles constituent un excellent petit-déjeuner ou en-cas cétogène. Pour cela, faites-les tremper une dizaine de minutes dans un lait végétal non sucré. Vous obtiendrez une sorte de gelée, à laquelle vous ajouterez quelques baies ou noix. Également parfait pour vous aider dans le sevrage du sucre.

 

=> Entrer rapidement en cétose, sans ressentir les effets de la grippe cétogène ? C’est possible.

Et cela peut être fait de manière tout à fait naturelle.

==> Découvrez comment ce Super Aliment contribue à DÉTRUIRE les stocks de graisse et aide votre corps à les utiliser comme énergie.

 

À votre santé !