7 astuces pour envoyer valser vos allergies saisonnières !

Par 20 mai 2022 octobre 21st, 2022 Énergie et tonus, Santé
allergies saisonnières

Le retour des beaux jours et le printemps sont synonymes de balades en plein air et de pique-niques dans des cadres verdoyants. Si cette nature foisonnante est réjouissante pour la plupart d’entre nous, pour d’autres, victimes d’allergies saisonnières, elle peut être un véritable calvaire !

Les personnes sujettes aux allergies saisonnières le savent : la pollinisation essentielle au renouveau de la nature est un spectacle magnifique mais pénible à respirer voire difficile à regarder !

Crises d’éternuements, nez qui coule, yeux qui brûlent, conjonctivites, congestion nasale, gorge qui gratte, crises d’asthme : le printemps sonne le glas d’une rhinite allergique qui peut durer plusieurs mois.

En effet, lorsque du pollen entre dans le corps (par le nez ou les yeux par exemple), le système immunitaire déclenche une attaque pour se débarrasser de l’intrus, ce qui se traduit par l’apparition des symptômes typiques des allergies saisonnières.

D’après l’Inserm, plus de 25% de la population française en souffre chaque année, un chiffre multiplié par quatre au cours des trente dernières années, d’ailleurs l’OMS a classé ces allergies au quatrième rang mondial des affections chroniques.

Si les Pollens et les graminés vous empêchent de profiter pleinement des beaux jours, lisez ce qui suit avec attention !

Voici  7 astuces pour envoyer valser vos allergies saisonnières !

1. Sortez au bon moment

Vous empêcher de sortir alors que le soleil brille au firmament, voilà une idée saugrenue. On ne vous dira pas de vous cloîtrer chez vous, mais plutôt, de choisir le moment idéal pour le faire. Bref, il va falloir “sortir malin”.

Ce n’est point pour préserver votre brushing mais pour vous épargner une belle crise d’allergie : évitez les activités extérieures par jours de grand vent car le pollen est présent en plus grande quantité dans l’air. Ainsi, on murmure que le matin, lorsque la nature se réveille, il vaut mieux rester chez soi.

Si vous êtes adepte du sport en plein air, privilégiez les milieux urbains aux chemins de campagne. Si vous le pouvez, optez pour du sport en salle car il est préférable d’éviter les activités intenses à l’extérieur.

Vous pouvez consulter de nombreux sites, notamment celui du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), pour vous tenir informé en temps réel du taux de pollen dans l’air. Cela vous permettra de choisir vos heures de sorties ! 

A noter que lorsqu’il pleut ou juste après la pluie, les pollens ne flottent plus dans l’air car l’eau les fait tomber au sol, c’est donc l’occasion de vous promener. Prenez un parapluie, un trench et des bottes de pluie pour redécouvrir la joie des jours pluvieux.

2. Evitez les allergies saisonnières en adoptant les bons réflexes à la maison

Le pollen s’accroche partout. On pourrait même affirmer que nos cheveux et nos vêtements en sont des aimants. Alors pour éviter de prolonger les pénibles symptômes allergiques, il va falloir mettre ses vêtements à la machine à laver quotidiennement.

L’erreur à ne pas commettre est de sécher son linge à l’air libre en extérieur ! Lorsque l’humidité est au rendez-vous, les substances allergènes s’y fixent avec encore plus de facilité.

Il est conseillé de prendre sa douche le soir pour éliminer le pollen accumulé sur les cheveux et le corps. Comme pour le linge, pensez à bien sécher vos cheveux avant de sortir de chez vous !

Enfin, aérez votre intérieur dès qu’il pleut dehors ou bien, faîtes-le le soir.

3. Soulagez les symptômes des allergies saisonnières

Il existe en pharmacie et en parapharmacie de nombreux traitements doux pour soulager les symptômes. Vous pouvez par exemple utiliser des spray à l’eau de mer pour purifier le nez, atténuer la congestion nasale et apaiser la rhinite. 

Sur les conseils de votre pharmacien ou de votre médecin, les corticostéroïdes en vaporisation nasale pourront être envisagés.

Pour les yeux qui piquent, des collyres viendront les nettoyer et éradiquer les traces de pollens. 

Et si la méthode douce ne réussit pas à calmer vos maux, consultez un allergologue qui vous prescrira peut-être des antihistaminiques ou des corticoïdes. Ces derniers peuvent avoir des effets secondaires alors mieux vaut peser le pour et le contre.

4. Envisagez une désensibilisation avec votre allergologue

La désensibilisation est un traitement qui consiste à « habituer » le système immunitaire à l’allergène. Ainsi, à chaque rencontre avec le pollen, il produira des anticorps.

Cette solution n’est pas proposée à toutes les personnes allergiques. Il s’agit d’un traitement de deuxième intention lorsque les antihistaminiques ne produisent pas les effets bénéfiques escomptés ou lorsque les effets secondaires sont trop forts (la somnolence par exemple).

Le traitement doit débuter 4 mois avant la saison des pollens – qui dépend du végétal concerné, (s’il s’agit d’une allergie aux pollens de bouleau il faut le commencer en septembre-octobre, si c’est aux pollens de graminées, il est nécessaire de débuter en janvier).

Le traitement consiste à prendre des gouttes ou des comprimés par voie sublinguale, tous les jours pendant 7 mois. Demandez conseil à votre médecin ou à votre allergologue !

5. Gérez votre anxiété et libérez certains blocages émotionnels

On ne le sait que trop bien, il ne faut jamais sous-estimer la place des émotions dans notre bien-être global. Gérer son anxiété permet d’éviter un excès de cortisol. Cette hormone du stress favorise le développement du terrain allergique car elle rend le système immunitaire plus faible. Éloignez-vous donc le plus possible d’environnements anxiogènes et choisissez de multiplier les moments de détente pour prendre soin de votre corps (et de votre esprit) ! La part émotionnelle est en effet importante dans les mécanismes de déclenchement d’allergies. Il est possible qu’un élément déclencheur, responsable de votre allergie chronique ou des allergies saisonnières puisse être identifié. La méthode NAET, créée en 1983 par le docteur Devi S. Nambudripad repose sur des techniques d’élimination d’allergies naturelles, non invasives et non médicamenteuses. Cette thérapie alternative mélange l’acupuncture, l’acupression, la diététique ou encore la kinésiologie pour venir à bout des allergies. Pourquoi ne pas s’y intéresser ? 

6. Limitez l’inflammation des allergies saisonnières grâce à une alimentation variée

L’inflammation peut être liée à un mauvais équilibre acido-basique. Quand le corps est trop acide, il a tendance à s’inflammer. Or on le sait, plus l’on est fragilisé, plus les allergies sont virulentes. La solution revient à l’alcaniser en buvant beaucoup d’eau, en faisant un peu d’exercice, en respirant consciemment, en évitant les aliments industriels et en choisissant des fruits et légumes vertueux (bananes, avocats, fraises, figues, pêches, raisins…). La vitamine C va augmenter la résistance de l’organisme face aux allergies et réduire la fatigue. Pourquoi s’en priver ? Pensez à la Vitamine C Liposomale qui va aider votre corps à développer une meilleure réponse immunitaire et limiter ainsi l’inflammation.

Des acides gras essentiels tels que les oméga 3, 6, 7 et 9 agissent comme un véritable pansement contre l’inflammation. On sait qu’ils sont notamment les précurseurs de résolvines et de protectines, qui ont pour mission de bloquer la réaction inflammatoire pour ramener les tissus à leur état normal. Les cellules se renouvellent, plus fortes que jamais.

Comme vous le voyez, les Omégas 3, 6, 7 et 9 sont un sérieux atout pour apaiser vos allergies saisonnières

À ce sujet, saviez-vous qu’il existe dans la nature une source incroyable d’Oméga 3, 6, 7 et 9 ?

Il s’agit d’une huile extraite de petites baies oranges qui poussent sur des arbustes sauvages des contreforts de l’Himalaya…

Cette huile est la meilleure source d’Oméga 3, 6, 7 et 9 identifiée à ce jour.

==> Cliquez ICI pour découvrir l’huile orange de l’Himalaya qui peut aider votre organisme à lutter contre les allergies saisonnières…

Par ailleurs, ce n’est pas un secret : le curcuma est un des anti-inflammatoires et antioxydants les plus puissants au monde. 

Surnommée “l’épice de longue vie”, elle est la reine de la médecine ayurvédique. 

Et la bonne nouvelle, c’est qu’elle peut apaiser vos symptômes allergiques

Vous pouvez en saupoudrer dans vos plats…  ou opter pour une forme plus concentrée et donc plus efficace…

Et lorsqu’il est associé à 2 autres nutriments très ciblés… Son efficacité s’en trouve encore décuplée.

==> Cliquez ICI pour découvrir un puissant cocktails d’actifs anti-inflammatoires qui vont aider votre organisme à lutter contre les allergies saisonnières….

7. Boostez votre système immunitaire avec les Post-biotiques

Pourquoi certaines personnes sont-elles allergiques au pollen et d’autres non ? Cette injustice est liée au fait que le système immunitaire se trompe de cible. Il pense qu’il doit réagir face à une agression (le pollen par exemple).

Booster son système immunitaire est donc la 7ème clé de voûte pour envoyer valser ses allergies printanières !

On le voyait précédemment, l’anxiété, les chocs émotionnels, l’alimentation inflammatoire sont tant d’ennemis pour notre organisme à ne pas négliger. S’il est un environnement à considérer sérieusement, c’est notre microbiote ! Des bonnes bactéries dans l’intestin nous rendent résolument plus résistants.

Connaissez-vous le complément alimentaire appelé Post-biotique ? (attention à ne pas confondre avec les Pré-biotiques ou les Pro-biotiques) !

Ce complément contient les métabolites de qualité supérieure dont votre organisme a besoin pour guérir de l’intérieur…

Dans une étude faite par son équipe de chercheurs, 22 personnes ont pris des Post-biotiques. L’étude a montré que les Post-biotiques renforçaient l’anticorps SIgA1, un anticorps qui est généralement votre première ligne de défense contre la maladie…Les Post-biotiques combattent les “allergènes internes”, notamment ceux qui bouchent les muqueuses.

Dans une autre étude, les scientifiques ont prouvé que les Post-biotiques réduisaient la production d’anticorps IgE. Les lgE sont des anticorps qui luttent contre les corps étrangers… mais qui en « sur-réagissant », provoquent des réactions allergiques : nez bouché, sinus congestionné, fatigue… Les Post-biotiques vous aident ainsi à combattre ces symptômes.

Pour finir, les Postbiotiques aident votre corps à produire plus d’antioxydants car ils favorisent la production naturelle de cellules « tueuses » NK. Ces cellules très particulières aident le corps à lutter contre les infections.

Donc, si vous en avez assez des éternuements intempestifs, du nez qui coule, des yeux qui chatouillent et qui pleurent…

==> Cliquez ici pour apprendre à combattre efficacement vos allergies grâce aux  Post-biotiques

Voilà… J’espère que ces 7 astuces vont vous aider à vivre un printemps serein sans inconfort respiratoire, ni larmoiements et éternuements !